Article rédigé par Xavier Kern, docteur en naturopathie et ingénieur biomédical à Obernai (67210)

Si vous suivez la médecine naturelle, vous avez surement dû entendre parler du candida albicans, un champignon naturellement présent dans les muqueuses (intestinales, vaginales, buccales…), mais qui, en trop grande quantité, peut devenir très très nuisible pour votre santé.

Comment le candida prend le dessus

Le candida aime principalement 3 choses: le sucre, les antibiotiques et le stress. Un combo de ces 3 éléments et le champignon risque fortement de prendre le dessus sur les bactéries intestinales. Petite explication: un microbiote intestinal (=la flore bactérienne au niveau des intestins) fonctionnant bien, se trouve en équilibre avec justement le candida, et de nombreuses autres bactéries. Si vous avez besoin de prendre un traitement antibiotiques, les bactéries vont diminuer fortement, car les antibiotiques ont un effet sur les bactéries, et le candida, qui lui ne réagit pas aux antibiotiques mais aux antifongiques, en profitera pour prendre l’ascendant. Attention, je ne dis pas qu’il ne faut pas prendre d’antibiotiques, quand il y en a besoin, c’est primordial.

Mais si vous devez prendre des antibiotiques, il faudra donc toujours vérifier le candida par un examen une fois le traitement terminé, et prendre des probiotiques pour refleurir la flore intestinale. C’est la seule fois, ou presque, que je recommande des probiotiques en gélules. En effet, le microbiote est tellement complexe que l’on n’a aucune idée si nous avons du probiotique A, B ou C, ou même F, sans un examen de selles très poussé. Si vous prenez une gélule avec des probiotiques A, B et C, mais que vous avez déjà suffisamment de ces probiotiques A, B et C au niveau intestinal, mais pas assez de D et E, que va t’il se passer? Vous allez augmenter le déséquilibre encore plus, et aggraver vos symptômes. Si vous avez de la chance, vous tomberez sur les souches qu’il vous manque et l’effet sera alors positif. Mais l’action peut aussi être neutre, ou négative (comme dans le cas mentionné ci-dessus ou lors d’une pathologie s’appelant SIBO dont je ne vais pas traiter ici).

Diagnostic

Cela se complique un peu à ce niveau là en France. En effet, le meilleur des tests au niveau intestinal, est un examen spécifique des selles permettant de quantifier les cellules de candida. Cet examen n’est pas disponible en France, ou du moins, pas d’assez bonne qualité.

Niveau vaginal, un frottis permettra de déterminer s’il y a une candidose vaginale et cela se fait très facilement en France, mais attention cela donnera uniquement une information au niveau vaginal mais pas intestinal. Donc si le résultat est négatif pour vous Mesdames, cela ne signifie pas que vous n’avez pas de candida au niveau intestinal.

Il existe l’examen « candia 5 » qui permet de mesurer les IgG (Immunoglobulines G) du candida au niveau sanguin, et nous donne une valeur chiffrée. Pas l’examen le plus fiable, mais il est quand même très pratique et intéressant de mon expérience. Un autre laboratoire permet aussi de mesurer les IgG de candida, mais il fournit un résultat avec des + ou ++ ou +++. Ce n’est, de loin, pas mon examen préféré car pour moi +++ n’a aucune signification particulière. Si un millionnaire vous dit que son compte en banque est ++, pour vous il sera peut-être +++++, donc sans chiffre je trouve cet examen sans intérêt. De plus, il ne nous permet pas de voir l’évolution suffisamment précisément.

Régime alimentaire anti-candida

Le candida étant un champignon, il se nourrit principalement de sucres. Donc vous l’avez compris, il faudra arrêter les sucres pendant la durée du traitement, qui dépend de la force du candida (suite à l’examen candia 5). Le premier mois, je demande également à mes patients d’arrêter les fruits, mais uniquement le premier mois, car après la balance bénéfices/risques s’inverse. En effet, les fruits contiennent du fructose, un sucre, mais aussi des fibres donc inutile de les arrêter trop longtemps sinon vous allez perdre les bénéfices des fruits avec les fibres entre autres. Il est important d’arrêter le premier mois aussi, toutes les levures et autres aliments fermentés pour ne pas lui apporter de l’énergie supplémentaire. Après le premier mois, là encore, il sera intéressant d’inclure à nouveau les aliments fermentés, en petites quantités au départ, pour refleurir la flore bactérienne et soutenir le traitement. Pourquoi en petites quantités? Car si vous avez une flore bactérienne très pauvre, le fait d’introduire de grandes quantités de probiotiques naturels d’un coup, peut créer l’effet inverse et vous apporter ballonnements et autres soucis digestifs. J’élimine aussi les 2 premières semaines, les légumes dits « sucrés » comme carottes, betteraves, potirons, et poivrons rouges et jaunes. Encore une fois ici, uniquement 2 semaines, le temps d’affaiblir vraiment bien le candida, et ensuite on peut les réintroduire pour les bénéfices qu’ils apportent à la santé.

Compléments alimentaires

En effet, il sera aussi nécessaire d’ajouter des compléments alimentaires pour en arriver à bout (donc qu’il ne soit plus présent en trop grande quantité). L’alimentation seule est un excellent moyen, mais si vous n’utilisez que le régime anti-candida, cela sera très long, mais envisageable si vous souhaitez maintenir ce régime pendant une période d’au moins un an. Cependant, dans ce cas particulier, il ne faudra pas que des biofilms se soient formés autour de vos amis le candida. Les biofilms sont une membrane de protection que les agents pathogènes peuvent développer autour d’eux pour se protéger, comme un bouclier le ferait. Les biofilms compliquent le traitement car il faudra du coup s’en débarrasser si l’on souhaite pouvoir atteindre le candida. Et seuls des compléments alimentaires très précis peuvent dissoudre les biofilms.

Le traitement comporte 4 parties qui doivent être effectuées en même temps:

  1. nutrition anti-candida pour l’affaiblir
  2. attaque légère des biofilms au cas où (si l’on voit que le candida est toujours présent suite au traitement, on passera sur une gestion des biofilms plus complexe)
  3. destruction de la membrane du candida
  4. attaque du candida en lui-même

Une fois le traitement terminé, il faudra revérifier où en sont vos taux en mesurant le candia 5. Mais attention, les IgG mettent 3 à 6 mois à diminuer une fois le candida « tué », donc pas besoin de vous ruer au laboratoire, il faudra être patient pour savoir où en sont vos taux. Seul un examen de selles spécifique permettra d’avoir une réponse instantanée.

Partager: