Le psoriasis est une maladie chronique (maladie persistante) de la peau touchant 2 à 4% de la population, ce qui en fait une maladie non négligeable. Il se caractérise par l’apparition d’épaisses plaques de peau qui desquament (se détachent). Les cellules de l’épiderme (partie supérieure de la peau) se renouvellent en 3 à 6 jours au lieu de 28 à 30 jours dans un cas normal, et étant donné que les cellules de la peau se renouvellent à une vitesse« normale », des croûtes se développent de ce fait. Ces plaques apparaissent à différents endroits du corps mais majoritairement au niveau des coudes, genoux et du cuir chevelu. Il est important de préciser que cette maladie n’est pas contagieuse malgré son possible effet repoussant, ce qui la rend difficile à supporter pour les personnes en étant atteintes. En effet, cette maladie peut rendre les relations sociales plus difficiles du fait de son caractère visible, surtout en été quand on porte des vêtements plus courts. Il peut aussi être douloureux lorsqu’il est localisé dans les « plis » de la peau comme au niveau de la paume de la main, plante des pieds ou le pli du coude. Dans certains cas, il est accompagné de douleurs articulaires nécessitant une prise en charge supplémentaire par un rhumatologue et par l’aide de kinésithérapeutes.

C’est une maladie qui tient compte de la parité et atteint autant les hommes que les femmes, principalement à l’âge adulte à la fin de la vingtaine, début de la trentaine, mais aussi à partir d’un très jeune âge (1).

Les causes de la maladie ne sont pas bien connues, mais il semblerait que des aspects génétiques entrent en jeu, ainsi que des aspects psychologiques (comme le stress, anxiété…) ou physique (blessures, infection, médicaments…) (2). Malgré tout, certaines personnes sont plus à risques que d’autres : celles atteintes de diabète de type 2 (diabète dit sucré, d’obésité ou de VIH (3).

Des comportements sont à risques chez les personnes déjà atteintes de psoriasis, avec la consommation d’alcool, le tabagisme, affections de la peau (coup de soleil, piqûre, coupure…) et certains médicaments prescrits contre l’hypertension, les troubles bipolaires et la malaria.

Cependant, il existe des traitements possible pour contrer son évolution et se rendre la vie plus facile, même s’il faut le savoir le psoriasis ne se guérit pas malheureusement, et peut évoluer par crises.

Il existe des traitements médicamenteux à base de crèmes contenant principalement des corticostéroïdes mais le sujet ici va être les méthodes naturelles pour soulager cette maladie handicapante.

L’alimentation, un allié de choix
L’alimentation, comme toujours, est très importante dans la majorité des maladies. Ici, il est important de consommer des produits anti inflammatoires, comme les oméga 3 que vous allez pouvoir retrouver dans les poissons gras (saumon, maquereau, sardine…). Le curcuma, une épice fantastique pour ses propriétés anti inflammatoires, va être une épice de choix pour vos plats, et va en plus permettre de lutter efficacement contre le cancer tout en relevant vos menus. La consommation de thé vert, contenant de nombreux antioxydants, est aussi recommandée contre le psoriasis. Les fruits frais se révèlent aussi être un excellent aliment à consommer.

Pour résumer, il est important de consommer régulièrement des produits contenant des antioxydants et des anti inflammatoires, qui vont avoir une action efficace sur le psoriasis. Certains aliments vont par contre avoir un effet contraire et vont favoriser la poussée du psoriasis. Les graisses saturées présentes dans la viande de porc, bacon, lait, fromage…, mais aussi les sucres rapides présents dans les cochonneries que vous allez pouvoir trouver dans les distributeurs dans vos entreprises, sont les ennemis de votre alimentation anti-psoriasis, et vous allez devoir vous en débarrasser.

Le soleil aide au soulagement
Le soleil, on le sait, est très bon pour la santé mais à consommer avec modération, comme tout ! Il permet de générer de la vitamine D intéressant pour nos os, pour notre dentition mais aussi de nombreuses autres applications. Le psoriasis peut être soulagé avec une exposition régulière mais courte au soleil par l’action de cette même vitamine D dont la majorité des français (90% environ) en sont carencées. Il agit un peu comme lors de l’exposition au soleil des personnes ayant de l’acné, en apportant un effet positif sur la peau. Cependant, dans le cas du psoriasis, même après l’arrêt de l’exposition au soleil, les effets se feront encore sentir sans une rechute par la suite.

Il est donc important de prendre l’air régulièrement même en saison hivernale car malgré l’ensoleillement plus faible, il y a encore des rayons UV à capter.

L’aromathérapie comme aide intéressante

L’aromathérapie est aussi une solution intéressante comme à son habitude. Dans une base huileuse de colza, de noisette ou d’amande douce, mélangez 1 goutte d’huile essentielle d’immortelle (Helichrysum italicum ssp serotinum) qui porte bien son nom,1 goutte de géranium d’Egypte (Pelargonium x asperum) et une goutte de niaouli (Melaleuca quinquenervia CT CINEOLE). Appliquez ensuite ce mélange 2 fois par jour sur les « plaques »de psoriasis. (4) Les règles habituelles de précaution s’applique à l’aromathérapie qui n’est pas sans risques. Il est conseillé d’éviter l’utilisation des huiles essentielles pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 6 ans.
La phytothérapie, autre solution efficace

La phytothérapie n’est pas en reste dans ce qu’elle peut apporter contre le psoriasis. L’huile de bourrache (Borago officinalis) combinée à l’avoine (Avena sativa) possède des propriétés intéressantes. En effet, l’huile de bourrache et l’avoine sont riche en acide gamma-linolénique (acide gras essentiel oméga-6), ce qui permet de moduler la réponse immunitaire de la peau face au psoriasis, en jouant notamment sur la sécheresse de la peau (5).

La pensée sauvage (Viola tricolor) est toujours intéressante car cela apporte toujours quelque chose d’avoir une pensée différente et c’est cela qui fait l’évolution. Revenons à notre sujet maintenant avec cette plante riche en tanins (grâce à ses propriétés astringentes cela permet de freiner la sécrétion sébacée de la peau = aspect gras de la peau), mucilages (substance végétale semblable à la gélatine, et d’aspect visqueux lors du contact avec l’eau), flavonoïdes (source importante d’antioxydants) et vitamine E (propriétés inflammatoires et antioxydantes). Elle possède tout comme l’avoine et la bourrache, des acides gras insaturés, assurant ainsi une action sur la structure de la peau. Associée à la bardane (Arctium lappa), les effets en sont décuplés. En effet la bardane ayant des propriétés antibactériennes et antifongiques, en plus de propriétés dépuratives, cela en fait une plante de choix dans la lutte contre les problèmes de peau. Des tests en laboratoire ont été effectués sur la bardane, et ont montré des propriétés antiseptiques (6).

Ces compléments alimentaires sont pris par voie orale et il est conseillé de procéder par cure avec une période d’arrêt pour laisser le temps à l’organisme d’assimiler et de se repréparer pour une nouvelle cure.

Il est conseillé de prendre régulièrement des bains ce qui permet aux plaques de se désquamer naturellement. La balnéothérapie apporterait donc aussi une aide précieuse dans cette lutte sans merci (7).
Le psoriasis est donc une maladie chronique, mais non contagieuse. Il est très important de la préciser pour permettre aux personnes atteintes de cette maladie de continuer à avoir une existence« normale » sans le regard « dégoutté » des autres qui peut être source d’un enfermement social. En adoptant ces techniques, il sera possible de soulager la maladie pour la mettre au second plan de ses pensées.

    1. tiré du site passeportsanté.net consulté le 29 novembre 2011http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=psoriasis_pm
    2. Environmental factors and psoriasis. Dika E, Bardazzi F, Balestri R, Maibach HI. Curr Probl Dermatol. 2007;35:118-35. Review.
    3. Psoriasis–pathophysiology, conventional, and alternative approaches to treatment. Traub M, Marshall K. Altern Med Rev. 2007 Dec;12(4):319-30. Review.
    4. tiré de « Huiles essentielles chémotypées » de A. Zhiri, D. Baudoux et M. L. Breda
    5. tiré du « Précis de phytothérapie »
    6. Tiré du Vidal « Le guide des plantes qui soignent »
    7. Tsoureli-Nikita E, Menchini G, et al. Alternative treatment of psoriasis with balneotherapy using Leopoldine spa water. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2002;16(3):260-2.
Partager: